Des compétences globales et innovantes


Les métiers de nos entreprises à l'international réclament de plus en plus une approche intégrée de l'amont vers l'aval. L'expertise technique de nos entreprises, leurs compétences en management de projets, la prise en compte des problèmes économiques, financiers et institutionnels, soulevée par ces projets, leur permettent d'apporter à leurs clients des solutions globales: conception, construction / réhabilitation, financement, exploitation d'ouvrages, maintenance. Elles ont également développé une expertise variée en matière de Partenariat Public Privé (PPP).

PRINCIPES GENERAUX

  • Une grande capacité d'innovation qui fait partie intégrante de la conception
  • La politique d'Innovation et de Recherche & Développement des entreprises françaises de construction, qui constitue depuis toujours l'un de leurs axes  stratégiques de développement, s'exerce dans des domaines très variés : innovation technique, technologique et recherche sur l'utilisation de matériaux dont l'objectif principal est d'améliorer la qualité et l'efficacité, de respecter les coûts et délais et, enfin, de protéger l'environnement.
    Parallèlement, les entreprises poursuivent leurs efforts de certification de leurs activités, tant celles de leur maison mère que celles de l'ensemble des filiales, en matière de qualité (ISO 9000 et suivants), d'environnement (ISO 14000 et suivants) ou de sécurité (OHSAS 18001).

    Pour les entreprises du SEFI, l'innovation est au coeur de leur projet d'entreprise. Outre le travail de leurs équipes spécialisées, l'innovation mobilise depuis de nombreuses années l'ensemble de leurs personnels au moyen de concours annuels. Selon les sociétés, ces concours peuvent donner lieu à plusieurs centaines de propositions émanant de groupes de collaborateurs qui se forment spontanément à cette occasion. Les prix décernés couvrent non seulement les problèmes techniques mais également les aspects économiques et organisationnels. La diffusion globale de ces innovations est ensuite facilitée par les réseaux intranet des entreprises. Cette politique a par ailleurs permis d'enrichir les Chartes relatives à l'environnement dont se sont dotées les entreprises.
    Des prix d'innovation sont également décernés à nos entreprises par des organismes professionnels spécialisés (prix de l'Innovation FNTP).

    En matière d'Innovation et de R & D, les entrepreneurs français mènent une politique active de partenariat avec des organismes extérieurs français, communautaires ou étrangers ainsi qu'avec des entreprises d'autres secteurs. Les matériaux de récupération, quelle qu'en soit l'origine, font l'objet d'un effort particulier des entreprises françaises avec la mise en place de procédés de recyclage, notamment ceux provenant de la démolition de bâtiments ou d'infrastructure. Cet effort est complété par le développement de produits écologiques respectueux de l'environnement.

  • Le souci de développement social est constant
  • Le développement social fait également partie de la politique de nos entreprises. L'industrie de la construction est un secteur à forte intensité de main d'oeuvre. Elle contribue significativement à la création d'emplois. À l'international, nos entreprises ont essentiellement recours à la main d'oeuvre locale contribuant ainsi à l'emploi dans les pays où elles interviennent. La technicité croissante de la profession et l'exigence de qualité requièrent des entrepreneurs des efforts importants en matière de formation et de sensibilisation aux méthodes et procédés nouveaux.

  • La sécurité de leur personnel est un souci majeur des entreprises françaises
  • Des progrès très importants ont été réalisés en matière de prévention des accidents du travail. Les actions entreprises à ce sujet mettent en oeuvre des mesures de sensibilisation, de formation, de circulation d'informations en direction des collaborateurs. Elles sont complétées par le recours à des concours, destinés à largement diffuser les initiatives constituant des « bonnes pratiques » et à en récompenser leurs auteurs. De nombreux partenariats sont également noués avec des organismes extérieurs pour promouvoir la prévention et la sécurité. Les entreprises du SEFI se sont engagées depuis plusieurs années dans un processus de certification.

    La responsabilité des entreprises de construction a également vocation à s'appliquer à l'ensemble de la communauté. Dés le démarrage des chantiers, toutes les mesures sont prises pour garantir la sécurité et le bien être de l'ensemble des personnes affectées temporairement ou de façon permanente par la réalisation des ouvrages (lutte contre les nuisances sonores, réduction de la pollution liée à l'utilisation de matériaux, circulation et accès des tiers pendant la réalisation des travaux...). En outre, l'application de solutions et procédés techniques destinée à accroître la sécurité d'un ouvrage est de plus en plus répandue et les efforts de recherche et d'innovation de nos entreprises dans ce domaine sont très importants (introduction, par exemple, de capteurs électroniques dans les structures des ouvrages qui permettent de déceler précocement une anomalie...). Enfin, le développement des prestations de surveillance et de maintenance associées aux contrats, notamment dans le cas de PPP, permet encore d'accroître les capacités d'anticipation et d'action des entreprises en matière de prévention et de sécurité.

  • L'amélioration du cadre contractuel
  • En matière contractuelle, les entreprises françaises, en accord avec les doctrines actuelles des organisations internationales, se sont fixées comme objectif d'accroître la précision et la sécurité des contrats par la promotion de meilleures relations partenariales et un partage de responsabilité efficient avec les maîtres d'ouvrages, qu'ils soient publics ou privés. Le SEFI organise à ce propos des réunions périodiques avec les principales organisations internationales telles que : la Banque Mondiale, en collaboration avec la CICA, les banques régionales de développement, diverses organisations spécialisées de l'ONU ou de l'OCDE, les différentes instances de l'Union européenne traitant de ces sujets. Le SEFI contribue à l'amélioration des textes et pratiques existants par une participation active aux groupes de travail des European International Contractors (EIC) et de la CCI, tendant à l'élaboration de recommandations ou de guides de clauses contractuelles. Ils font ensuite l'objet de négociations avec d'autres instances, telles la FIDIC.


    UNE CAPACITE GLOBALE

    Comme cela a déjà été exposé, les entreprises du SEFI sont capables de prendre en charge toutes les phases d'un projet : conception, construction/réhabilitation, financement, exploitation et maintenance. Elles ont également développé une compétence particulière sur les projets en PPP, quels que soit leur nature ou régime juridique.

  • Conception
  • La prise en charge de la conception globale d'un projet, permet aux entreprises de proposer des solutions techniques spécifiques performantes. Elles sont de plus en plus souvent complétées par le recours croissant à une ingénierie juridico-financière adaptée, intégrant le contexte légal et réglementaire, les démarches administratives requises, les normes environnementales, les impératifs de développement durable, etc. Le caractère complet de cette approche permet le financement privé des projets d'infrastructure, notamment par le recours à la concession. La combinaison de l'ensemble de ces facteurs permet aux entreprises d'offrir à leurs clients des possibilités nouvelles de réalisation.

  • Réalisation et exploitation/maintenance
  • Les entreprises du SEFI proposent une très large gamme de compétences en travaux et services dans de nombreux domaines : bâtiments d'habitation, administratifs, techniques, etc., routes, autoroutes, ponts, aéroports, ports, canaux, voies ferrées, métros, tramways et autres moyens de transport en site propre, différents types de centrales pour la production d'énergie, travaux de fondation et souterrains, assainissement, canalisations d'eau et d'hydrocarbures, aménagements urbains, services d'entretien et de maintenance, NTIC, etc.

    Elles offrent toute la palette des différents types de contrats : travaux, management de projet, contrat type clés en mains, contrat de service, etc.. Les majors français de la construction ont dans ces domaines une expérience internationale diversifiée et ancienne, particulièrement éprouvée. La maintenance constitue la dernière étape logique d'une opération. Il est aujourd'hui communément admis que son intégration dès le début du projet s'inscrit dans une démarche responsable qui, en permettant d'optimiser la totalité des fonctions, contribue grandement à limiter les coûts

  • Partenariat Privé Public
  • En s'appuyant sur cette très large et très ancienne expertise, les entreprises françaises ont développé un savoir faire particulier en matière de Partenariat Public-Privé et de gestion déléguée. Les grandes entreprises de construction et d'infrastructure maîtrisent totalement ces formules, tant dans leur concept que dans leur application, qu'elles ont su adapter aux besoins des économies modernes comme à ceux des pays émergents.

    Aujourd'hui, face aux immenses besoins de construction et de réhabilitation des infrastructures, tant des pays émergents et en développement qu'industrialisés ou en transition, il est devenu évident pour tous les acteurs économiques que les mécanismes « tout public » ou « tout privé » ne sont plus guère opérants. Les techniques de "project financing" s'avèrent plus adaptées pour des projets de type industriel, développés intégralement par le secteur privé, que pour des projets qui doivent intégrer l'utilité socio-économique et, par là même, réclament, in fine, une collaboration étroite et continue entre le secteur public et le secteur privé. Les exigences d'un service public de qualité militent pour le maintien de la responsabilité et du contrôle de l'État ou de l'autorité publique. Cette affirmation ne relève d'aucune idéologie mais de la simple observation des blocages actuels. Ainsi le Partenariat public privé (PPP) apparaît-il aujourd'hui, beaucoup plus qu'un simple outil budgétaire, comme un réel instrument de co-développement et de contribution opérationnelle à la croissance socio-économique en général. Correctement conçu dès l'origine, il optimise la satisfaction des trois acteurs fondamentaux, État/autorité publique, citoyen/consommateur et opérateur privé.

    Des échanges permanents sur ce sujet sont périodiquement organisés avec les représentants des Banques internationales de développement, de l'Union Européenne, des autres institutions internationales et des acteurs de la société civile concernés. Il participe aussi à quelques-uns des nombreux séminaires sur ce thème afin de diffuser ce que l'expérience des entreprises françaises a identifié comme étant les facteurs clés de la réussite des projets en PPP.